PRÉSENTATION

LA FLORAISON DU NOYER

Chez le noyer commun Juglans regia L., à l’exception de certains types originaires d’Asie Centrale, les inflorescences sont unisexuées. Les inflorescences mâles sont distinctes des inflorescences femelles, et présent sur le même arbre. Le noyer est dit « monoïque ».

LA POLLINISATION

Le Noyer commun Juglans regia L. est une espèce autofertile. Toutefois, pour la plupart des variétés, l’autofécondation n’est possible que durant quelques jours.

Cela tient tout d’abord à la faible longévité du pollen, puis à la courte réceptivité des stigmates et enfin au décalage important entre les dates de pleine floraison mâle et femelle d’une même variété.

Cette dichotomie est caractéristique d’un très grand nombre de variétés, elles sont dites « protandres ».

01
Échelle de précocité moyenne de débourrement et de floraison mâle et femelle de 10 variétés de noyer.
02
La pollinisation peut être compromise lors de conditions climatiques défavorables telles que : la pluie, des températures trop basses ou encore un vent trop violent... qui peuvent entrainer la chute des chatons juste avant leur floraison ou la dispersion du pollen hors du verger. Un temps trop chaud au moment du débourrement avancera en revanche la période de floraison mâle et augmentera la dichotomie avec la floraison femelle. Il est par conséquent très important de disposer dans le verger de pollinisateurs à floraison mâle plus tardive que celle de la variété principale.
03
Les fleurs femelles du noyer ne sont pas visitées par les insectes. La pollinisation est donc uniquement anémophile.
floraison

LA FRUCTIFICATION

INFORMATIONS

Il existe principalement deux types de fructification chez le noyer : la Fructification terminale et la Fructification intermédiaire.

Pour les variétés à fructification sur brindilles terminales (Franquette, Marbot, Corne, Grandjean), les bourgeons à fruits sont localisés à l’extrémité des rameaux d’un an et sont essentiellement situés en périphérie de l’arbre. Ces variétés peuvent être formées indifféremment en gobelet ou en axe.
Pour les types de fructification sur brindille latérales (Lara, Fernor…), les bourgeons à fruits sont insérés sur les rameaux d’un an situés tout au long des branches. La formation en axe structuré ou libre est mieux adaptée.

Broux, Noix, Cerneau

Le fruit du noyer se compose d’une enveloppe, le « brou », entourant un  noyau volumineux appelée la « noix ». Cette noix à coque lignifiée renferme une amande comestible, que l’on appelle « le cerneau ».

La maturité du fruit

Le fruit est considéré comme « mature » lorsque le cerneau a achevé son évolution complète et lorsque le brou se fissure.
Pour les variétés cultivées en France, la pleine maturité se situe en moyenne :

  • Vers le 20 Septembre pour Lara et Ronde de Montignac,
  • Fin Septembre pour Grandjean et Marbot
  • Durant la première décade d’Octobre pour Franquette, Fernor, Fernette, Ferjean, Corne, Mayette et Parisienne.

Pour la majorité des variétés, il s’écoule 145 jours (Variable d’une semaine selon les conditions climatiques) entre la précocité de floraison et la précocité de maturité.

MÉTHODE DE CULTURE

Les noyers sont produits sur porte-greffe Régia (noyer commun) issus de semis d’un an puis greffés sur table en mars selon la méthode de fente Cadillac. Ils sont ensuite repiqués mécaniquement en mai en plein champ.
Méthode de production de noyers pépinière
Technique de la greffe en cadillac du noyer
Méthode de greffage du noyer

PLANTATION DU NOYER

Nos Conseils_Familles de produit

Vos plants méritent la meilleure des attentions pour révéler toutes leurs vertus… Forts de notre expérience et de notre savoir-faire, voici quelques conseils pour des arbres heureux et en bonne santé.

01

Conseils

La bonne plante au bon endroit...
La meilleure période de plantation des noyers est en automne, pour favoriser l’enracinement avant les gelées de l’hiver.
La mise en terre en automne permet aux racines de se mettre en place, d'émettre les premières radicelles qui permettront à la plante de pousser dès le printemps suivant.
Toutefois, vous avez la possibilité d’étendre la période de plantation tout l'hiver jusqu'à fin mars, en évitant les périodes trop froides ou encore trop humides.
02

Exigences climatiques

Éviter les zones :
  • Très gélives
  • Le gel de "rayonnement" en Automne. Le risque est important sur les parties végétatives non aoûtées.
  • En Hiver : les températures basses sont très fréquentes et à éviter
  • Au Printemps : l'après débourrement peut être néfaste
  • Soumises au vent fort : Crête, couloir aérien...
  • A l’ombre : risque d'étiolement
  • Soumises à de fréquents brouillards (hygrométrie favorable au développement des populations de champignons et bactéries).
03

Exigences édaphiques

Favoriser les sols :
  • Profonds (>50 cm) ou superficiels avec roche calcaire fracturée
  • Peu filtrants : taux d'argile >25%
  • Peu asphyxiants : taux d'argile < 35% à bon équilibre Sables-Limons-Argiles
  • Bien pourvus en Matière Organique (>1,5%) à CEC >10
  • Peu acides à légèrement alcalins à 6 < pH < 7,5
  • Peu ou pas chlorosants à calcaire actif < 5%
04

Plantation d'un arbre en racines nues

  1. Creuser un trou de 60 cm de profondeur minimum et 80 cm de côté.
  2. Enfoncer le tuteur au centre du trou.
  3. Couper les racines mortes ou abimées.
  4. Placer l'arbre de façon à ce que le tuteur soit entre l'arbre et le vent dominant.
  5. Reboucher la fosse avec un mélange constitué de 3/4 de terre de jardin et 1/4 de terreau.
  6. Maintenir impérativement le collet et/ou le point de greffe au niveau du sol.
  7. Tasser légèrement au pied de façon à former une cuvette puis arroser.
05

Organisation d'une noyeraie

  • Selon le nombre de plants à l’hectare, on distingue les plantations semi-intensives et les plantations intensives.
  • Dans le premier cas, les noyers sont traditionnellement plantés en verger plein vent, à une distance variant de 10 à 12 m. Le nombre de plants par hectare est peu élevé : 70 à 100 arbres.
  • Pour des plantations de moins de 10 m entre les arbres (7 à 8m), on parle alors de système intensif avec un nombre d’arbres par hectare d’environ 150 à 200. Ce type de plantation est envisageable dans deux cas :
    • Pour les variétés à fructification terminale : cela permettra de diminuer la période improductive et de doubler le rendement pendant les premières années de production. Toutefois, à partir du moment où les arbres rentreront en concurrence, il faudra supprimer progressivement un arbre sur deux.
    • Pour les variétés à fructification latérale, dont le port permet une taille en axe, il ne sera pas nécessaire de supprimer des arbres. Une plantation en quinconce sera préférable.
    • Les nouvelles variétés à fructification latérales permettent d’envisager des systèmes de conduite en haie fruitière (8 m x 4 m et 8m x 6m).
  • La pollinisation du noyer se fait par le vent. Les pollinisateurs doivent se situer impérativement entre le vent dominant du printemps et les plants fruitiers. De 6 à 8 pollinisateurs est requis pour un hectare. Dans le cas de haies fruitières, ce nombre peut être légèrement augmenté.

CONSEILS DE TAILLE

1

Général

    Le type de fructification et le port de l'arbre vont déterminer la taille de formation la plus adaptée. On distingue deux types de fructification :
  • Les variétés à fructification sur brindilles terminales : Franquette, Meylannaise, Parisienne, Corne... : Les bourgeons à fruit, localisés à l'extrémité des rameaux d'un an sont essentiellement situés en périphérie de l'arbre. Ces variétés peuvent être formées indifféremment en gobelet ou en axe.
  • Les variétés à fructification sur brindilles latérales : Lara, Fernor, Fernette... : Les bourgeons à fruits sont insérés sur les rameaux d'un an qui sont situés tout au long des branches. La forme en axe structuré ou libre est mieux adaptée.

  • La première année, nous conseillons de ne pas recéper le plant à la plantation pour :
  • Favoriser les mises en réserve et permettre un bon développement du système racinaire.
  • Éviter de sensibiliser le plant au gel d'automne sur bois. Pour des plants de vigueur suffisante (plants de deux ans), il est possible de commencer la formation de l'arbre.
2

Taille d'entretien

La taille d'entretien est indispensable pour conserver une plantation d'un bon niveau qualitatif principalement en ce qui concerne le calibre. Elle favorise la pénétration de la lumière dans l'arbre et assure un équilibre entre la vigueur végétative et la fructification des arbres. On peut la situer :
  • Pour Lara entre 5 et 7 ans
  • Pour Fernor entre 6 et 8 ans
  • Pour Franquette et autres variétés à fructification terminale entre 10 et 12 ans
3

Comment tailler ?

    Création de la cheminée
  1. Il s'agit de créer un puit de lumière par le nettoyage de l'intérieur de l'arbre sur l'axe proprement dit et sur la base des branches fruitières (1er tiers) ou sur le départ des charpentières.
  2. Intervention sur les branches fruitières, 1 à 2 ans après la création de la cheminée
    • Supprimer les branches fruitières en surnombre. Eviter les superpositions directes de branches.
    • Supprimer les branches trop basses.
    • Sur les branches fruitières proches de l'horizontale, il faut supprimer les points de fructification mal alimentés qui se situent sous la branche fruitière.